ATTENTION ... ATTENTION ... ATTENTION

Quelques images et propos peuvent choquer certains lecteurs de ce blog. Les lecteurs et lectrices de moins de 18 ans sont donc priés de quitter ce blog dès leur connexion.


samedi 17 octobre 2009

Un château de cartes

Un nouveau suicide d'un salarié de France Télécom a eu lieu à Lannion (dans les Côtes-d'Armor), jeudi 15 octobre. La direction de France Télécom a indiqué qu'il s'agissait d'un ingénieur de 48 ans, en arrêt maladie depuis un mois sur les conseils de son médecin du travail. L'homme s'est pendu à son domicile à Lannion, portant à vingt-cinq le nombre de suicides à France Télécom en près de deux ans.

Une série de suicides d'employés de France Télécom (vingt-quatre en vingt mois avant celui de Lannion) a suscité un vif débat sur les problèmes internes et les conditions de travail de cette entreprise. Mardi 13 octobre, un autre salarié de l'entreprise avait tenté de se suicider chez lui, mais a été sauvé par les pompiers. Le PDG de France Télécom, Didier Lombard, s'est rendu sur place, vendredi. Il déclaré : « Plus que jamais, il faut que nous accélérions l'ensemble des mesures que nous prenons pour sortir de cette spirale infernale. Il faut absolument arrêter cette vague de suicides qui est en train de frapper l'entreprise". Puis il a rencontré les syndicats et des membres du personnel.

"C'est une terrible nouvelle, que je redoutais", a ajouté Stéphane Richard, tout juste nommé numéro 2 du groupe. M. Richard a ajouté que la victime avait "laissé une lettre à son domicile". Sans en connaître "la teneur exacte", il a indiqué que le salarié y faisait "état d'une déception dont il aurait souffert" au sujet d'"un poste sur lequel il était candidat et où il n'a pas été retenu". Des sources concordantes, citées anonymement par l'AFP, rapportent que ce père de trois enfants avait récemment postulé pour une position à Rennes, qui lui a été refusée. Pour Françoise Leloarer, déléguée CGT, "ce suicide est lié aux conditions managériales, aux objectifs et à l'individualisation. C'est tout ça qui est mis en cause par le personnel".

Fin septembre, après le suicide d'un employé d'Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie), Didier Lombard avait mis fin au principe de mobilité systématique des cadres tous les trois ans. Au début d'octobre, le numéro 2 du groupe, Louis Pierre Wenès, auquel les syndicats reprochaient des dérapages verbaux et la mise en place d'un "management par la terreur", avait été remplacé.

M. Richard, son successeur, avait promis aux syndicats et aux salariés "d'engager le dialogue", de conduire avec eux "le renouveau social dont l’entreprise a besoin". Il avait par la suite reconnu que France Télécom était allée "trop loin dans le contrôle des salariés". Mais pour les syndicats, les salariés de l'entreprise sont "toujours en danger". Après ce nouveau suicide, ils ont appelé les employés à "agir sous toutes les formes, et notamment des assemblées générales" le 20 octobre, jour de la prochaine séance de négociation sur le stress au travail.

Le 16 Octobre, une jeune femme a tenté de se suicider au gaz après une altercation avec un client. C’est l’un de ses collègues qui lui a sauvé la vie, s’inquiétant de ne pas la voir revenir.
Un gros problème doit subsister au sein de cette entreprise pour que ses salariés tombent comme des mouches.


Petit Nico qui se mêle d’habitude de tout, se semble pas s’intéresser à se sujet … Bizarre, non ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire