ATTENTION ... ATTENTION ... ATTENTION

Quelques images et propos peuvent choquer certains lecteurs de ce blog. Les lecteurs et lectrices de moins de 18 ans sont donc priés de quitter ce blog dès leur connexion.


lundi 30 novembre 2009

Toujours présents … mais pour encore combien de temps ?

Les Restos du Cœur lancent lundi leur 25ème campagne d'hiver, inquiets face à un afflux sans précédent de personnes démunies.

Après une augmentation de 20% de fréquentation ce printemps, une forte hausse de demande est attendu cet hiver.


"Face à cela, l'aide de l'Europe (via la politique agricole commune) pour les Restos va baisser d'un million d'euros", a ajouté M. Berthe, rappelant que le gouvernement avait accordé l'an dernier aux Restos une enveloppe exceptionnelle de 10 millions d'euros afin de "faire face à l'augmentation des prix pour l'aide alimentaire". "Cette année nous avons demandé une augmentation de cette enveloppe. Non seulement nous n'avons pas reçu un euro, mais le gouvernement ne nous a même pas répondu", a-t-il déploré.

Créés par Coluche, les Restos du Cœur ont distribué l'hiver dernier 100 millions de repas, 800.000 personnes ont été accueillies par 55.000 bénévoles. Le budget a été de 142,8 millions d'euros en 2008-2009.

En Seine-Saint-Denis, l'an dernier, "il y a eu une augmentation de 20% du nombre de bénéficiaires et il devrait encore y avoir 20% de personnes en plus cette année, d'après les préinscriptions", explique Charles Lasbax, président des Restos de ce département, dans lequel, selon lui, 3% de la population, soit 45.000 personnes, bénéficie de l'aide de l'organisation. "Cette année, nous attendons au moins 52.000 personnes", a-t-il précisé.

En dépit de ces difficultés, auxquelles s'ajoutent celles grandissantes pour trouver de nouveaux lieux de distribution et de stockage, l'association s'est engagée à ne pas rogner sur la qualité des produits distribués.

Les Restos rappellent aussi que le gouvernement s'était engagé à "une sanctuarisation des lieux d'aide humanitaire, notamment au sujet des bénévoles étrangers", mais disent avoir constaté que les forces de police continuent d'intervenir sur des sites d'activité des Restos ou à proximité.

Les Restos comptent encore "sur un sursaut de générosité des Français" tout en se demandant "combien de temps encore pourront-ils faire face ?". Les stocks de réserves de nourritures ont déjà été largement entamés.

Les Français sont toujours abandonnés par leur gouvernement, à ça rien de nouveau, mais voilà que les restos du cœur, malgré tout leur courage, vont se retrouver également démuni face à la montée en flèche de la pauvreté.

Ils ne sont pas prêt de pouvoir offrir des repas à 5000€ par tête … pas comme d’autres … n’est ce pas Nico !

samedi 28 novembre 2009

Une débâcle totale

Deux premiers cas de mutations du virus grippal H1N1 identiques à celles signalées vendredi dernier en Norvège ont été identifiés en France sur des patients décédés.

"La découverte de ces mutations entraîne chez nous une très grande vigilance, mais on ne peut pas encore parler d'inquiétude particulière", a déclaré à l'AFP la directrice générale de l'Institut de veille sanitaire (InVS) le Dr Françoise Weber.

"Cette mutation est susceptible d'être à l'origine de formes pulmonaires plus sévères, mais ce n'est pas une certitude", a pour sa part déclaré le directeur général de la Santé Didier Houssin.

L'InVS a annoncé vendredi la découverte d'une mutation du virus H1N1 déjà observée en Norvège sur deux patients décédés en France. Ils n'avaient pas de liens entre eux.

En France, une première mutation, appelée "mutation 222", a été découverte sur un prélèvement d'un patient décédé en septembre, à la suite d'examens complémentaires, a précisé le Dr Weber. Les Centres nationaux de références testent les virus pour rechercher des mutations éventuelles, un travail "beaucoup plus long" que l'identification du virus grippal, a-t-elle expliqué. La seconde a été découverte sur une patiente décédée en novembre. On a retrouvé en plus, dans son cas, une résistance au Tamiflu, la première en France. Cette patiente était immunodéprimée, a précisé le Dr Weber.

La mutation 222 "pourrait accroître les capacités du virus à atteindre le tissu pulmonaire", a indiqué le Dr Weber.

Les trois spécialistes s'accordent à dire que les vaccins restent efficaces contre le virus muté.
Petit Nico a affirmé vendredi à Port-of-Spain que les autorités allaient "ouvrir un plus grand nombre de centres" de vaccination contre la grippe H1N1 en France et "élargir les plages d'ouverture", notamment les mercredis et samedis.

Aujourd'hui en France, seulement 750.000 personnes ont été vaccinées et les centres de vaccinations sont complètement débordés, si tout le monde était venu, qu’est ce que ce serait !
On a interrogé petit Nico, afin de savoir s’il savait fait vacciner. Il a répondu que non, mais il y pensait.

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a appelé vendredi "au civisme de chacun" pour permettre aux personnes les plus fragiles de se faire vacciner dans l'ordre de priorité établi par le gouvernement.

Petit Nico vient au coté de Mamie Rosy pour booster la demande de vaccination.

On crie à qui veut l’entendre qu’il faut se faire vacciner et rien n’est prêt derrière, c’est le bordel le plus complet. On laisse des personnes durant trois ou quatre heures dans le froid.

vendredi 27 novembre 2009

Rosy se fait du souci

(doucle clic pour agrandir)

Ces maladies qui viennent d’ailleurs

Le développement des échanges commerciaux et des voyages favorise le risque d'implantation de nouvelles maladies exotiques sur le continent européen, un phénomène que pourrait encore amplifier le réchauffement climatique, mettent en garde médecins et vétérinaires. La propagation extrêmement rapide du nouveau virus grippal H1N1 a montré combien la mondialisation pouvait faire galoper une maladie à travers les continents.

Mais ce sont d'autres maladies infectieuses, aux consonances encore exotiques (virus du Nil occidental, fièvre de la vallée du Rift, virus Nipah...).Car les trois-quarts de ces maladies émergentes sont des zoonoses, transmises à l'homme par l'animal.

"Beaucoup de germes arrivent, mais heureusement peu s'implantent, faute de conditions favorables", a relevé Michel Rey (Académie de médecine). Il faut en quelque sorte un "concours de circonstances" pour qu'une maladie exotique puisse s'installer.

L'environnement apparaît comme "un paramètre essentiel", a souligné François Moutou (Agence française de sécurité sanitaire des aliments). Si la végétation change, notamment sous l'effet du réchauffement, c'est tout l'écosystème qui va se modifier.

Pour le Pr Brugère-Picoux, la fièvre catarrhale ovine (maladie de la langue bleue), est "la maladie émergente par excellence" chez l'animal, car "personne de l'attendait en Europe".

Transmise par un petit moucheron et considérée comme une maladie exotique jusqu’à la fin des années 90, elle est identifiée en 2006 dans la région de Maastricht avant de gagner rapidement du terrain en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France, puis en Grande-Bretagne et en Suède.

On ne sait toujours pas expliquer cette introduction, mais le fait est que le virus a trouvé en Europe un insecte adapté à sa transmission.

Le virus du Nil occidental est un autre exemple de maladie "vectorielle", véhiculé cette fois par un moustique, et transmissible à l'homme. Apparue à New York en 2006 - probablement importée par un voyageur en provenance d'Israël -, la maladie a "explosé en Amérique du Nord en 2 ans", a souligné Michel Rey. En revanche, l'Europe semble relativement protégée.

D'autres maladies peuvent être d'origine alimentaire : c'est ainsi qu'il y a eu en 2005 en France 17 cas de trichinellose chez des chasseurs... et leurs convives invités à consommer leur tableau de chasse exotique.

D'autant que des changements d'habitudes peuvent modifier l'exposition au risque. Ainsi la pratique conviviale du barbecue expose à consommer de la viande qui n'est pas cuite à cœur.

Autre phénomène de mode, les NAC (nouveaux animaux de compagnie) réservent leur lot de surprises désagréables. Les chiens de prairies peuvent transmettre la variole du singe. Cette année en France des rats importés de Hongrie ont transmis à leurs propriétaires le virus cowpox.

"Il faut éviter certains animaux de compagnie", a prévenu le Pr Brugère-Picoux, jugeant le lapin moins risqué que des animaux comme les reptiles.

"Tout ce qui survient dans n'importe quel coin du monde peut nous concerner d'une façon ou d'une autre", a pour sa part souligné François Rodhain (Institut Pasteur), invitant à "avoir une approche écologique de ces maladies".

Ces petites « bêtes » qui traversent très facilement les frontières des pays et les frontières de nos barrières immunitaires se multiplient au fil du temps, mutant par la même occasion et se joignant à d’autres virus très sympathique eux aussi (grippe saisonnière+grippe H5N1+grippe H1N1).

S’occupant d’eux une fois que le mal est fait, il est à craindre des épidémies bien plus importantes et mortelles que celle de la grippe H1N1.

jeudi 26 novembre 2009

Une justice aveuglée par la politique

Alors que de simples citoyens sont de plus en plus condamnés pour des vols consistant à une nécessité pour survivre, essentiellement de la nourriture.

Voilà que Bové, a été simplement condamné à un an de prison avec sursis et 18 mois de mise à l’épreuve pour un acte bien plus grave.

Un peine nulle pour avoir, avec ses petits copains, ruinés le travail d’un agriculteur en 2006. Même s’il s’agissait de maïs transgénique, la méthode est très contestable et, de plus, Bové ose trouver cette condamnation lourde.

Qu’il ne se plaint pas, ma décision aurait été beaucoup plus important, mais il est vrai qu’en France et dans de nombreux pays, la politique prend le pas sur la justice, laissant cette dernière écraser les simples citoyens et laisser les politiciens et leurs amis à l’écart.

mardi 24 novembre 2009

Une dérive de plus

Un nombre inhabituel de réactions allergiques "graves" à un lot de vaccins contre la grippe H1N1 du laboratoire britannique GlaxoSmithKline (GSK) a été constaté au Canada, ce même vaccin est distribué en France et dans d’autres pays.

"Un nombre inhabituel d'allergies graves au vaccin a été enregistré au Canada", a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'OMS, Thomas Abraham, précisant que ces allergies concernaient un lot de vaccins produits par le groupe pharmaceutique GSK.
Le produit émanant de ce lot a entraîné, entre autres, des réactions affectant le cœur et le poumon, a déclaré à l'AFP une porte-parole de GSK à Londres. Cette réaction dite "choc anaphylactique" peut s'avérer fatale dans certains cas.

"Les autorités canadiennes n’ont pas précisé le nombre exact de cas graves détectés.

La porte-parole de GSK n'a pas été en mesure d'indiquer le nombre de doses administrées mais a précisé que le lot incriminé n'avait pas été à proprement parler "rappelé".

Elle a assuré que le laboratoire britannique "continuait à enquêter" sur les raisons de ces réactions apparemment dues à son vaccin qui n'ont pas empêché le programme de vaccination de se poursuivre comme prévu au Canada.

Contrairement au Canada, la vaccination contre la première pandémie de grippe atypique du siècle est loin de faire l'unanimité dans de nombreux pays de l'hémisphère nord actuellement confrontés à une deuxième vague de ce virus d'origine porcine, aviaire et humaine.

L'OMS est montée au créneau à plusieurs reprises pour contrer les suspicions contre le vaccin soupçonné d'avoir été fabriqué trop rapidement et pouvant entraîner de nombreux effets secondaires. Une nouvelle fois, elle a l’air d’avoir tort.

Quant à la trentaine de décès signalés parmi les 65 millions de doses administrées dans 16 pays, les études ont conclu que le vaccin n'en était pas la cause, a rappelé jeudi l'OMS.

L’OMS aurait-elle le droit à un pourcentage de perte « acceptable » ?

Une nouvelle épine dans le pied de l’OMS qui continue à marcher sur une jambe.

lundi 23 novembre 2009

Coucou ! c'est Raymond


Noël en berne

Plus de 4 Français sur 10 (43%) pensent qu'ils dépenseront "certainement moins, faute de moyens" à l'occasion des fêtes de fin d'année en raison de la crise économique.

Questionnées sur l'"impact" qu'aura la crise économique sur leurs dépenses de fin d'année, 43% des personnes interrogées disent qu'elles dépenseront "certainement moins, faute de moyens", contre 53% qui pensent dépenser autant que l'an dernier, et 3% qui disent qu'elles dépenseront "certainement plus car il faut se faire plaisir pour oublier cette année difficile".


Chez les ménages les plus modestes (revenu mensuel inférieur à 1.200 euros), 67% des personnes interrogées pensent dépenser moins, contre 23% seulement chez les personnes les plus aisées (plus de 3.000 euros de revenu mensuel).

Ceux qui pensent dépenser moins réduiront en priorité leur budget cadeaux (45%), devant la décoration (37%), les loisirs et sorties (36%), l'habillement (36% également), ou les vacances (35%).

Le budget repas ne devrait être réduit que par 26% des personnes qui entendent abaisser leurs dépenses par rapport à l'an dernier, signe, que "la bonne chère" constitue pour les Français "l'élément le plus symbolique des fêtes de fin d'année".

Questionnées sur ce qu'ils souhaitent trouver au pied du sapin, les personnes interrogées privilégient à 52% "uniquement des cadeaux", mais 48% en tout espèrent y trouver au moins un peu d'argent. 16% souhaitent même "uniquement de l'argent", une proportion qui monte à 28% chez les plus modestes.

Le foie gras et le saumon devraient être présents respectivement sur 82 et 81% des tables de fin d'année, selon ce sondage, qui révèle qu'en revanche la dinde fait moins recette, puisque seules 45% des personnes interrogées pensent en consommer à cette occasion.

Enfin, 48% des personnes interrogées pensent à effectuer leurs achats de nourriture pour ces fêtes dans les grandes surfaces, contre 41% qui pensent acheter dans les commerces de proximité, sur le marché ou auprès des producteurs.

Les fêtes de noël seront-elles moins joyeuses cette année, du moins pour celles qui peuvent en faire une ?

C’est sur que tout le monde ne peut pas faire des repas à 5000€ par tête … n’est ce pas Nico ?

samedi 21 novembre 2009

Dépêchez vous, la fin est proche.

Selon les dires de plusieurs Oracles, la fin du monde serait prévue pour le 21 Décembre 2012 (pas de chance, on aurait pu attendre après Noël). L’un des plus anciens calendriers de l'histoire tire à sa fin. Le 21 Décembre 2012, selon leurs traditions, les Mayas indiquent un changement radical et global à l’échelle mondiale. Au solstice de l’hiver 2012, ils confirment sans équivoque la FIN DU MONDE tel que nous le connaissons aujourd’hui.

La fin du monde est chaque jour pour les personnes qui meurent.





















Les quatre causes de cette fin du monde les plus reprises sont :

1) Une éruption volcanique si intense qu’elle chamboulerait complètement les plaques tectoniques, provoquant cataclysmes, tornades et autres joies petites choses.

2) Un astéroïde frappant la Terre et refaisant le même programme qu’il y a 65 millions d’années.

3) Un super virus, qui s’étalerait tellement vite, qu’il rayerai la quasi-totalité de l’espèce humaine en quelques semaines.

4) Un changement de climat si soudain, qu’il plongerait la Terre dans un hiver si intense qu’il gèlerait sur place toute chose vivante.

Les fins du monde se sont succédé tout au long des siècles et pour l’instant aucune n’est encore arrivée.

Sera-t-elle la bonne ? Les paris sont ouverts.

En parlera-t-on encore ?


vendredi 20 novembre 2009

Nico et Carla vont enfin nous faire rire

Petit Nico et son épouse Carla ont rejoint la distribution des Simpson, la célèbre série américaine d'animation créée par Matt Groening et diffusée sur la Fox, dans un épisode inédit diffusé le 15 novembre, selon le site Purepeople.

Vendredi, à 16H30, les séquences dans lesquelles apparaissent le couple présidentiel français, avaient été visionnées plus de 110.000 fois sur le site Dailymotion. L'Elysée s'est refusé à tout commentaire.

Dans cet épisode intitulé "Le diable s'habille avec nada", Carla Bruni-Sarkozy apparaît seule dans un premier temps, lors d'une soirée chic. Le décor rappelle la salle des fêtes de l'Elysée. Elle fume une cigarette et fait la cour à l'un des personnages, Carl accompagné de Homer.

- "Qu'est-ce que vous avez préféré à Paris ?"', lui demande le personnage incarnant Mme Sarkozy.

- "Le Louvre. Tout est tellement ...fermé le lundi", répond Carl.

- "Vous êtes clairement un homme du monde... On peut se voir pour déjeuner. Est-ce que je peux avoir votre carte de visite. ...Je veux faire l'amour, tout de suite !", répond le personnage de la Première dame de France qui se précipite dans ses bras.

Un peu plus tard, on retrouve Carla et Nicolas dans le bureau présidentiel. Elle boit un verre de vin, tandis que le chef de l'Etat est en train de déguster un Camembert.

"Alors, tu te sens cosy ("à l'aise") avec Sarkozy ?", dit-il en décrochant le téléphone.

Photo à l'appui, le site Purepeople précise que la robe de Carla Bruni dans l'épisode, est celle qu'elle portait le 11 mars 2008, lors de la réception à l'Elysée du président israélien, Shimon Perez.

"Les Simpson" est une désopilante satire de la famille américaine et doyenne des sitcoms diffusées aux Etats-Unis depuis 1987, et aussi dans de très nombreux pays dont la France.

La popularité des personnages et de leurs invités est si grande aux Etats-Unis que plusieurs anciens présidents, Bill Clinton, George Bush ou Jimmy Carter, mais aussi l'ex-Premier ministre britannique Tony Blair, ont aussi été intégrés à la série.

jeudi 19 novembre 2009

Le Beaujolais nouveau est arrivé


Une victoire volée

"Hold-up", "tricherie"... de nombreux Français, hommes politiques compris, exprimaient jeudi leur malaise, jusque sur le site internet du gouvernement consacré à l'"identité nationale", après la poussive qualification des Bleus au Mondial de foot grâce à une grossière faute de main.

Ce match pourrait se résumé comme un match sans honneur ou comme une qualification très contestable. Le ministre Irlandais a déposé une motion auprès de la FIFA pour rejouer le match.


"C'est un scandale, c'est une honte, avec un H majuscule", s'est emporté Thierry Roland, célèbre commentateur de matchs de foot, sur la chaîne I-Télé, qui diffusait en boucle la faute de main de Thierry Henry qui a permis aux Bleus de marquer mercredi soir le but de la qualification pour la Coupe du monde.

"C'est une grande chance qu'on ait eu à faire à des Irlandais qui sont des mecs sympas, parce que si ça avait été un autre pays, un pays chaud, il y aurait eu des morts au stade", a ajouté le journaliste, réputé pour son chauvinisme assumé.

Sur le même plateau, un autre grand spécialiste du ballon rond, Jacques Vendroux, avouait être "très mal à l'aise" devant cette main "volontaire".

Depuis le coup de sifflet final au Stade de France près de Paris, la piètre performance du onze tricolore, qui avait remporté la Coupe du monde en 1998 sur cette même pelouse, et "la main de Dieu" n'en finissaient plus d'être commentées dans les cafés comme dans les médias.

Fait très rare, la ministre des Sports Roselyne Bachelot n'a pas hésité à interpeller directement le sélectionneur Raymond Domenech, en lui demandant, ainsi qu'à ses "gars", de se "mobiliser" pour la suite.

"On a eu une équipe de France qui était absolument asphyxiée, qui a obtenu son match nul à cause d'une grossière erreur d'arbitrage", a-t-elle déclaré.

Cette rencontre fut une lutte inégale du début à la fin. L’Eire nous a asphyxiée dés le début du match, ce qu’on a vu ressemblait à une déferlante verte sur des bleus transparents.

Au lieu d’un souvenir d’une glorieuse victoire des bleus, il ne me reste que la vision d’un coq Français déplumé.

La France entre en coupe du monde par la porte de service.

mardi 17 novembre 2009

La vilaine petite bête gagne du terrain

La découverte de nouveaux cas de grippe A (H1N1) "possibles" ou "avérés" a quintuplé depuis la fin de la semaine dernière en milieu scolaire, où plus de 50 établissements de 16 académies étaient fermés mardi.
Il s'agit d'une "recrudescence", d'une "accélération forte" du nombre de nouveaux cas possibles ou avérés de grippe H1N1 en milieu scolaire, a dit le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, en soulignant que les "personnels sont prêts" à y faire face.

La vaccination des femmes enceintes et des bébés de plus de six mois contre la grippe A (H1N1) commencera vendredi dans les centres de vaccination.

C'est un vaccin sans adjuvant qui sera utilisé. Les femmes enceintes en deuxième ou troisième trimestre de grossesse, dont le nombre est estimé à environ 400.000, les bébés de 6 mois à 23 mois sans facteur de risque particulier, qui seraient à peu près 1,1 million, seront destinataires au premier chef de ces vaccins sans adjuvant, ainsi que les personnes immunodéprimées.

Depuis le début de l'épidémie, le virus H1N1 a été jugé comme responsable de 70 morts : 43 morts en France métropolitaine et 27 morts outremer, selon le bilan diffusé lundi par l’Institut de veille sanitaire (InVS). Onze nouveaux décès se sont produits en France métropolitaine depuis le dernier bilan, arrêté au mardi 10 novembre au matin. Parmi ces 11 nouveaux décès (7 femmes et 4 hommes), 10 personnes présentaient un ou plusieurs facteurs de risques vis-à-vis de cette nouvelle forme de grippe, relève l'InVS.

Les cas « déclarés » lors des journaux télévisés augmentent à fait que les vaccinations diminuent ... drôle de coïncidence.

Mamie Rosy remonte au créneau afin de vanter les mérites de la vaccination, c’est toujours ça de pris … comme disait ma grand-mère.

dimanche 15 novembre 2009

Une victoire à l’arrachée

Les bleus ont vaincus l’Irlande 1 à 0 grâce à Anelka sur une passe de Gourcuff (72'). La France doit surtout sa victoire à leur gardien Lloris qui a arrêté de nombreuses frappes des Irlandais.

Malheureusement, peu après avoir marqué leur but, les Français sont une nouvelle fois retombés dans leur jeu de nul en renvoyant systématiquement le ballon vers le gardien et on faillit se prendre un but.

Raymond était bien content, mais vu que lorsque l’équipe de France perd, ça lui va quand même …

Reste un match au stade de France, ou il faudra compter avec la hargne des Irlandais pour arriver en qualification de la coupe du monde.

samedi 14 novembre 2009

22 revoilà les bleus

L'heure des braves a sonné pour l'équipe de France, qui va jouer sa qualification au Mondial-2010 en Afrique du Sud en deux matches de barrages contre l'Eire, avec une première manche dans l'enfer vert de Croke Park, aujourd’hui à Dublin.

La France, neuvième au classement Fifa, douze participations en Coupe du monde (un sacre en 1998), riche de joueurs évoluant dans les plus grands clubs européens, en est arrivée là en se la coulant trop douce lors de ses premiers matchs, vivant sur sa renommée, plutôt que sur ses qualités.


Dans le stade dublinois de Croke Park, ce sont 82.500 personnes qui vont pousser les joueurs de l'Eire et leur faire oublier un 34e rang Fifa et le standing modeste des clubs où ils jouent pour la plupart. Au cœur de cette enceinte, symbole de la lutte d'indépendance irlandaise, c'est un sélectionneur italien, Giovanni Trapattoni, qui va tendre son piège tactique aux Bleus et tenter de les bousculer, à fortes doses de "fighting spirit" et de coups de pied arrêtés, longtemps leur point faible.

Le sélectionneur, Raymond Domenech, dont les supporters ne pardonnent pas son manque d’efficacité, espère remonter un peu dans le cœur des Français.

Composition probable des équipes pour Eire-France, match aller de barrages d'accession au Mondial-2010, samedi au Croke Park de Dublin:

Eire: Given - O'Shea, Dunne, St Ledger, Kilbane - Lawrence (ou McGeady), Andrews, Whelan, Duff - Doyle, Keane (Cap.)
Sélectionneur: Giovanni Trapattoni (ITA)
France: Lloris - Sagna, Gallas, Abidal, Evra - A. Diarra (ou Toulalan), L. Diarra - Anelka, Gourcuff, Henry (Cap.) - Gignac
Sélectionneur: Raymond Domenech (FRA)
Arbitre: Felix Brych (GER)

vendredi 13 novembre 2009

Revoilà Rosy


(Double clic pour agrandir)

Un premier dérapage ?

Un cas "probable" de syndrome Guillain-Barré, une maladie rare du système nerveux périphérique, a été signalé mardi après vaccination contre la grippe H1N1, sous une forme modérée qui (va bien sur) évolué favorablement", a indiqué jeudi le ministère de la Santé dans un communiqué.

Ce cas a été signalé dans le cadre du dispositif de pharmacovigilance de la vaccination, précise le ministère. "L’origine n’a pas été établie". ?????

Le ministère fait valoir que "l’attribution d’un syndrome de Guillain-Barré à une vaccination nécessite une expertise approfondie", qui sera conduite par l'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).

La ministre de la santé Roselyne Bachelot s’est engagée "à la transparence sur les effets secondaires de la vaccination contre la grippe A(H1N1)", souligne le ministère, qui précise que l'Afssaps publiera vendredi un bulletin de pharmacovigilance.

Il s'agit d'un mode réactionnel du tissu nerveux à des causes diverses. Dans la moitié des cas, la cause exacte n'est jamais (?) retrouvée. Cependant, les troubles neurologiques surviennent très souvent 8 à 10 jours après un épisode infectieux fébrile rhinopharyngé, respiratoire ou intestinal. Une hépatite, un zona, une mononucléose infectieuse (MNI), des oreillons, une rougeole, une rubéole, une coqueluche, des rickettsioses, une vaccination peuvent être suivis d'une polyradiculonévrite de Guillain-Barré.

Il s'agit de l'atteinte inflammatoire (démyélinisation) des racines rachidiennes et des nerfs. Le processus inflammatoire semble d'origine immuno-allergique et déclenché par une agression virale. L'atteinte des racines et des nerfs se traduit par l'installation rapide mais progressive de paralysies flasques symétriques diffuses touchant les membres et la face.

On ressent des paresthésies des extrémités (impression d'avoir des cailloux dans sa chaussure, fourmillements, décharges électriques etc.). Bientôt, on ne peut plus marcher et on se plaint de douleurs des membres inférieurs. La démarche est titubante. Pour se maintenir debout, on doit élargir son polygone de sustentation, c'est-à-dire écarter les pieds l'un de l'autre. Maux de tête et vomissements ne sont pas rares. Un syndrome méningé est fréquent. Les troubles moteurs s'accentuent progressivement pour aboutir en quelques jours à une quadriplégie flasque des quatre membres. Les réflexes ostéotendineux sont abolis mais parfois de façon retardée (10 à 15 jours). L'atteinte des nerfs crâniens est présente dans la moitié des cas : paralysie faciale uni ou bilatérale. Les muscles de la déglutition et de la respiration peuvent être atteints et représentent le danger majeur de cette maladie. Les troubles sensitifs sont variables : perte de la sensibilité, paresthésies, crampes.

La température est normale : il n'y a pas de fièvre. La tachycardie (accélération du rythme cardiaque) est fréquente et précoce. Une hypertension artérielle est souvent constatée. Des troubles vasomoteurs (sueurs etc.), des modifications du caractère sont fréquemment constatés.
La période d'aggravation dure 10 à 15 jours : la recherche de troubles de la respiration ou de la déglutition doit être minutieuse. Toute toux survenant au cours d'une boisson doit faire arrêter l'alimentation.

Plein de chose plaisantes n’est-ce-pas ?

Mais tout va bien … Mamie Rosy l’a dit … alors … on peut avoir confiance !

jeudi 12 novembre 2009

Si Mamie Rosy le dit ...


A vos marques … prêt … piquez !


Après le personnel médical dans les établissements de santé, la vaccination contre la grippe H1N1 commence aujourd’hui pour la population prioritaire dans des centres où l'on attend en théorie six millions de personnes, mais très probablement beaucoup moins.

La ministre de la santé, mamie Bachelot, l'a rappelé plusieurs fois: la vaccination est gratuite mais pas obligatoire. On peut se présenter dans un des 1.060 centres de vaccination mis en place sur tout le territoire après avoir reçu un bon de vaccination de la Caisse d'assurance maladie. Faute de bon, on peut en récupérer un à sa Caisse primaire d'assurance maladie.

En principe les proches des nourrissons de moins de six mois (pour lesquels il n'y a pas de vaccin) doivent déjà avoir reçu le bon ou vont le recevoir, ainsi que les sujets à risque entre six mois et 64 ans et les personnels de santé pas encore vaccinés. Tous les autres recevront le bon plus tard.

La ministre va "montrer l'exemple" en se faisant vacciner dans un centre du XIVème arrondissement. Les centres monteront en puissance -ouverture plus tôt et plus tard, et le samedi- en fonction de la demande.

On ne peut se faire vacciner chez son médecin, parce que les vaccins sont conditionnés en flacons de dix doses et que distribuer les vaccins dans quelque 60.000 cabinets rend plus difficile de gérer les stocks, selon le ministère.

Le parcours type dans un centre de vaccination se fait en principe en une quinzaine de minutes. Après avoir rempli une fiche médicale et s'être entretenu avec un médecin, on rejoint le poste où le vaccin sera injecté. La vaccination se faisant à ce jour en deux doses, il faudra revenir trois semaines plus tard pour la deuxième piqûre.

On ne choisit pas son vaccin. Ceux sans adjuvant seront essentiellement réservés aux femmes enceintes (deuxième trimestre de grossesse) et aux enfants de 6 mois à 2 ans, parce qu'on ne connaît pas l'effet des adjuvants sur ces populations.

Il faut un délai de trois semaines entre la vaccination contre la grippe saisonnière et celle contre la grippe H1N1.

C'est la première fois qu'une telle campagne de vaccination est organisée. Elle a été lancée d'abord dans les centres de santé auprès des personnels médicaux, avec un succès très relatif puisque 10% ont souhaité être vaccinés. Seulement 20% du grand public s'apprête à aller se faire vacciner.

Le taux de personnes voulant se faire vacciner pourrait augmenter, vu qu’à chaque journal télévisé, on nous martèle que la grippe A a encore fait une victime.

Après avoir joué sur la discrétion pour ne pas effrayer la population, on joue sur la médiatisation pour écouler les vaccins.

mercredi 11 novembre 2009

E.T. … Prochain pape ?

Au cours d'un séminaire sur l'astrobiologie, qui s'est achevé le 10 novembre au Vatican, le directeur de l'observatoire astronomique du Saint-Siège a lâché une petite bombe spatio-métaphysique concernant les recherches actuelles sur la possibilité d'une vie extraterrestre.

Les petits hommes vert ou plutôt gris vont-ils débarqué au Vatican ?

Le prochain pape sera-t-il d’origine extra-terrestre ?

Vite oublié


mardi 10 novembre 2009

Un mensonge de plus ?

Le Secrétaire d'Etat au logement a présenté mardi des mesures pour une meilleure prise en charge des sans-abri ou mal logés. Un énième plan de secours pour ses oubliés de la société.

Benoist Apparu a exposé 20 mesures au Palais de la Femme, foyer d'hébergement de l'Armée du Salut dans le XIe arrondissement de Paris mais les associations ont noté l'absence des autres ministères concernés (Santé, Justice, Intérieur) par ce "chantier national prioritaire" qui nécessite selon elles "une volonté politique interministérielle".

Les deux principes guidant le plan de M. Apparu sont de créer un "service public de l'hébergement et de l'accès au logement", une idée proposée il y a un an par Martin Hirsch, haut commissaire aux solidarités actives, et de donner "la priorité absolue à l'accès au logement".

Ainsi, pour la question des SDF, un "service intégré de l'accueil et de l'orientation" devra être mis en place d'ici au 1er avril 2010, sous la responsabilité des préfets.

Sur le terrain, il s'agit de rationaliser les maraudes en attribuant des secteurs aux associations, de mettre en place pour chaque sans-abri un "référent personnel" qui pourrait être un travailleur social associatif, de désigner des coordonnateurs pour gérer l'offre et la demande d'hébergement et enfin de créer un outil informatique ad hoc.

Une enveloppe de six millions d'euros est dévolue "dès à présent" à ce dispositif.
De plus, quelque 2.000 jeunes en service civique, donc des bénévoles, qui doit être mis en œuvre à partir de 2010, devraient être affectés aux missions de "premier accueil et d'urgence".
Une idée qui a fait bondir les associations: "l'accueil d'urgence nécessite justement des professionnels!", s'est exclamé Hervé de Ruggiero, directeur général de la Fnars (fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale).











Pour Paris et la petite couronne, cette coordination et l'accès à la "totalité des places d'urgence" par le 115 (samu social, qui gère actuellement 30% des places) seront effectives dès le 1er décembre, a promis M. Apparu, précisant que l'Ile-de-France concentre "grosso modo 50% des difficultés".

"La faiblesse considérable de ce plan est que dans une crise du logement sans précédent, on a justement rien sur le logement", a souligné Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre.

"Chaque jour, de nouvelles personnes viennent grossir les rangs des demandeurs d'hébergement ou de logement social". Pour Didier Cusserne d'Emmaüs, "on modifie l'agencement des tuyaux d'une usine à gaz mais sans forcément modifier la taille des tuyaux".

Toujours des promesses de faîtes envers ces pauvres ères que tout le monde défend, mais qu’on préfère les voir dans une autre ville. Devant les centaines de logements vides, des personnes vivent encore dans la rue, dans un pays comme le notre, il s’agit d’une véritable honte qui entache le visage de la France.

Les logements promis, jamais donnés, des mesures d’aides, jamais données et maintenant des « référents » qui ne serviront à rien comme ceux de Pôle emploi d’ailleurs.

De l’argent de gâché. Ce que réclament ces personnes, un logement digne qui leur redonnera le gout de vivre et leur permettre d’exister un peu mieux décemment.

On trouve des centaines millions d’Euros pour des pays étrangers, mais lorsqu’on parle d’aider des malheureux en France, bizarrement, plus rien … Si des bénévoles et six millions d’Euros … Une goutte d'eau dans la mer.

lundi 9 novembre 2009

Le dernier à y croire


Une fumée qui vaut de l’or

Le prix des cigarettes augmente de 6% lundi, soit environ 30 centimes par paquet, conformément aux dispositions de l'arrêté publié samedi au Journal officiel, la première hausse depuis août 2007.

Objet de vifs débats, jusqu'au sein de l'UMP, où certains l'espéraient plus marquée, cette hausse a été défendue par M. Sarkozy lors de la présentation du plan cancer, le 2 novembre, le président estimant qu'"en période d'inflation nulle, c'est une forte progression".

"Une hausse de 6% permet de lutter contre la consommation de tabac et de préserver un certain nombre d'intérêts, je pense à ceux des buralistes", avait déclaré M. Woerth devant les députés.

Les anti-tabac réclamaient eux une hausse renouvelée plusieurs années de suite de 10%, à laquelle la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, s'était d'ailleurs déclarée favorable.
Le produit de cette augmentation sera réparti proportionnellement entre l'Etat (80%), les fabricants (entre 11 et 12%), les buralistes 6% et le distributeur de tabac (Altadis Distribution) le reste.

J’ai deux avis concernant cette hausse de prix.

Contre : Car une fois de plus on touche au porte monnaie des Français.
Pour : C’est idiot de se ruiner la santé lorsqu’on à la chance de l’avoir.

samedi 7 novembre 2009

Jack de tous les coups

La fondation Jacques Chirac a remis vendredi à Paris son premier prix pour la prévention des conflits à un ancien ministre sud-coréen et à un pasteur et un imam nigérians, en présence de Jacquouille, ancien président de la République et de son successeur petit Nico.

Dans le cadre prestigieux de l'université de la Sorbonne, Mister Jacques a rendu hommage à l'ancien ministre de l'Unification Park Jae-Kyu pour avoir œuvré "à la meilleure compréhension entre les deux Corée", puis à l'imam Muhammad Ashafa et au pasteur James Wuye, pour "avoir réconcilié les cœurs et les esprits" dans l'Etat nigérian de Kaduna (nord).

Dans son discours, El Jacquo a loué à travers eux ces "éclaireurs", ces "vigies de la paix" qui "nous prouvent que le meilleur est possible" et "montrent qu'on peut changer le monde". "L'actuelle crise financière, même si les Etats on su réagir plus vite et de manière plus efficace que lors de la grande dépression des années 30, laissera des traces. Le prix humain est déjà lourd, des équilibres fragiles sont remis en cause", a-t-il également mis en garde, "les années qui viennent seront à haut risque".

Au jour précis où il passe le cap de son mi-mandat, son successeur Sarko a conclu la cérémonie en rendant un hommage appuyé à son "cher Jacques" (un petit cirage de pompes au passage), qui vient de sortir le premier tome de ses mémoires et d'être renvoyé en correctionnelle dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris.

S'adressant à son prédécesseur, Nico a déclaré: "Tu as corrigé là une étrange injustice", soulignant qu'il y avait "peut-être davantage de mérite à éviter un conflit qu'à tenter de résoudre un conflit déjà engagé". Il a enfin dit son "plaisir d'être aux côtés de Jacques Chirac" et de montrer ainsi "la continuité des responsabilités" et le "respect" entre responsables, en faisant allusion aux rivalités passées évoquées dans ses mémoires par l'ancien chef de l'Etat.

Ça sent bon les élections tout ça. On se serre les coudes après s’être « tiré » dessus.

Nico et Jacquouille seraient-ils devenus frères siamois ?

Petit Nico et Grand Jacquo


vendredi 6 novembre 2009

Grosse blague

Incroyable, mais les employés de Pôle Emploi seraient … stressés au travail, la bonne blague. Vu ce qu’ils font à longueur de journée, je me demande ce qui pourrait bien les stresser.

Le questionnaire comportant 107 questions qui ont été transmis aux quelques 46.000 salariés portent notamment sur leur charge de travail, leur autonomie, la reconnaissance de leur travail, leur temps de travail, les difficultés relationnelles mais aussi leur sentiment face à la fusion, leur santé ou encore les agressions dont ils ont pu être victimes. "Avez-vous été préparé(e) aux changements affectant votre travail’", "Au cours des 12 derniers mois, du fait de votre travail, avez-vous été victime d’agressions verbales, physiques de la part d’usagers’", "Pensez-vous que votre travail influence votre santé’" figurent au nombre des questions, selon le document dont l’AFP a obtenu une copie.

Les réponses seront traitées par un organisme indépendant spécialisé dans la prévention des risques, ISAST, "dans des conditions de totale confidentialité". Les "premiers éléments d’analyse" sont attendus courant décembre, la totalité "courant janvier", selon la direction de Pôle emploi.

L’objectif est d’obtenir "une photographie des facteurs de risques dans Pôle emploi" et des "éléments sur le ressenti des salariés au travail", a déclaré à l’AFP Martine Arikilian, chef du département des conditions de travail de Pôle emploi.

C’est sur que s’ils faisaient leur boulot, il y aurait sans doute moins de conflits et d’agressions avec les demandeurs d’emplois. Prendre le téléphone pour appeler l’employeur uniquement quand les caméras sont là au lieu de balancer une feuille et de devoir se démerder tout seul, il y a une différence.

Sur environ 10 réponses à des demandes d’emploi ou il faut envoyer sa candidature pour qu’elle fasse un tri (en terme clair, on garde qui on veut, quelques soit ses compétences), il faut compter, si on a de la chance 2 ou 3 réponses maximums.

Au lieu de tenter de rabaisser le chômeur, pour le faire passer pour une grosse larve, leur travail ne serait-il pas d’aider le demandeur d’emploi dans ses démarches sans obligatoirement le placer dans les ateliers ou ce n’est qu’une pure perte de temps.

jeudi 5 novembre 2009

T’as pas 100 balles ?

Petit Nico toucherais, d’après JeanLauney (député PS), 19.501.28Euros net par mois. Jolie somme, vous ne trouvez pas.


Mais il a remboursé quand même de ses propres sousous 3.600 Euros pour dépenses privées.

Pas d’électricité à payer, pas d’eau, la bouffe gratos, petit cadeau des chefs étrangers … belle vie en somme.

Beaucoup de boulot ? Surement, mais vu le salaire, qu’il ne compte pas sur moi pour le plaindre.

Travailler plus pour gagner plus, c’est sur qu’on n’a pas le choix, vu que nous, on ne peut pas s’augmenter de 140%.

mercredi 4 novembre 2009

Un vaccin sans risques ?


(double clic pour agrandir)

Panique aux urgences

Après que le gouvernement Canadien est « martelé » sans cesses pour les risques concernant la grippe A H1N1, les urgences sont débordées, tournant à plus de 180% de leur possibilité.

A un tel point que des spots publicitaires vont être mit en œuvre afin de préciser que les urgences sont réservés aux urgences.

« Un nez qui coule ou un éternuement ne veut pas dire que l’on est atteint de cette nouvelle grippe, cela peut-être un simple rhume. » précise le directeur du centre hospitalier de Sainte-Justine.

Il parle même d’ »hystérie collective » après les propos répétés à outrance sur les risque de ce virus.

En France, pour le moment, on parle de 17% de la population qui est prête à ce faire vacciner. Mais de plus en plus on nous répète que ce virus est mortel et que les victimes s’accumulent.

Chercherait on aussi à provoquer une panique afin d’écouler le stock de vaccins ?

Le gouvernement pense-t-il aux conséquences que leurs actes peuvent avoir ?

mardi 3 novembre 2009

Une honte à la Française

Les associations caritatives sont déjà débordées alors que l’hiver n’est pas encore là. Le taux de personnes se rapprochant de ces dernières a augmenté d’environ 25% par rapport à l’année dernière.

Non seulement, il y a des chômeurs, des SDF et des clandestins, il y a maintenant des retraités et même des smicards qui n’arrivent plus à payer leur loyer et leurs dépenses courantes sur leur maigre salaire. L’année dernière, ces associations avaient vraiment eu du mal à finir leur « période d’aide ».













La Taxe professionnelle devant disparaître, il ne faut pas s’y tromper, les impôts locaux vont bondir et rendre encore plus dur la vie des Français, augmentant encore les demandeurs d’aides pour les associations caritatives. Les maires de plusieurs communes l’ont déjà avoué, l’argent perdu d’un coté, il faudra bien le trouver d’un autre.

Comme NICO est super pote avec le MEDEF et leur accorde beaucoup d’indulgence, il explique ca et là que la suppression de cette taxe va faire augmenter le nombre d’embauche et faire ainsi baisser le chômage. Qui y croit encore ?

Alors que des millions sont distribués pour des projets du gouvernement, dont la plupart de ses sommes vont se perdre entre deux bureaux et que d’autres millions d’euros sont envoyés à l’étranger pour diverses raisons dont la plupart sont purement politique, un peu d’argent laissé pour les Français ne ferait pas de mal.

La baisse de la taxe dans les restaurants devait booster le recrutement et faire baisser les prix. Cela marche-t-il ? NON ! La plupart des restaurants n’ont pas embauché une seule personne, certains ont augmenté, parait-il, le salaire de leurs employés ( ?), d’autres auraient légèrement diminué le prix des plats se vendant le moins bien.

C’est un gros FIASCO que Nico & Co. sont prêt à recommencer à plus grande échelle.

lundi 2 novembre 2009

Français or not Français ?


Le débat sur l'identité nationale, qui s'ouvrira officiellement lundi dans les préfectures, a déjà mis le feu aux poudres: l'opposition crie à la diversion avant les régionales, l'extrême droite demande "un Grenelle" sur le sujet et la contestation atteint les rangs de petit Nico.

Alors que le débat sur l'"identité nationale" semblait être entré en sommeil depuis la création d'un ministère dédié en mai 2007, Eric Besson, a remis ce thème sous les feux de l'actualité en annonçant, dimanche dernier, l'organisation d'"un vaste débat".

"J'ai envie de lancer le débat sur qu'est-ce qu'être Français, quelles sont les valeurs qui nous relient (...). Il faut réaffirmer les valeurs de l'identité nationale et la fierté d'être français".
Mardi le ministre donnera une conférence de presse avec Jean-François Copé (patron des députés UMP), Gérard Longuet (président du groupe UMP au Sénat) et Michel Barnier (eurodéputé) sur "l'engagement des groupes parlementaires" dans le débat.

Les discussions seront alimentées par le rapport du Haut Conseil à l'Intégration, "Faire connaître les valeurs de la République", et un rapport parlementaire sur "le respect des symboles de la République".

Le débat "s'achèvera avant le 28 février". Entre-temps, le président Nicolas Sarkozy, devrait participer, le 4 décembre, à un débat public à l'invitation de l'Institut Montaigne.

Tout au long de la semaine, les membres de l'opposition ont dénoncé une opération de "diversion" et de "surenchère" vis-à-vis du Front National.

Chacun et chacune y va de son petit commentaire :

Marine Le Pen s'est empressée de réclamer une entrevue avec le président Sarkozy et un "Grenelle de l'identité nationale".

Le "débat est très risqué", a estimé Christine Boutin, ancienne ministre du gouvernement Sarkozy et présidente du Parti chrétien démocrate.

Le Haut Commissaire Martin Hirsch, figure de l'"ouverture" chère à Nicolas Sarkozy qui a estimé que "la France n'a pas de problème d'identité", ajoutant que "c'est un débat 100% politique".

Eric Besson a souligné que "les élites peuvent toujours dire ce qu'elles souhaitent, le peuple s'est déjà saisi du débat (...) dans les blogs, sur les radios".

Pour l'heure, selon un sondage BVA pour Canal + publié jeudi, 64% des Français considèrent que l'objectif principal du gouvernement avec ce débat sur l'identité nationale correspond "avant tout" à une "volonté de mobiliser les électeurs de droite en vue des élections régionales".

Avant, il suffisait de naître en France pour être Français. Et maintenant ? Un vieux projet proposait que chaque personne naît sur le sol Français aurait eu une « nationalité temporaire » jusqu’à sa majorité, puis aurait du faire la demande pour garder celle-ci et ainsi connaître les « droits et devoirs » des citoyens Français.

Certains politiciens aimeraient que les personnes non Françaises vivant sur le sol de notre pays puissent voter et participer au « développement » du pays. Je suis absolument opposé à ce projet. Si tout le monde peut voter quelque soit sa nationalité, le vote, qui n’a déjà plus une grande valeur vu toutes les magouilles, ne servira plus à rien.

Liberté … Egalité … Fraternité … Qui y croit encore ?