ATTENTION ... ATTENTION ... ATTENTION

Quelques images et propos peuvent choquer certains lecteurs de ce blog. Les lecteurs et lectrices de moins de 18 ans sont donc priés de quitter ce blog dès leur connexion.


mardi 28 août 2012

Nouveaux contrats d’Avenir à la sauce 2012

Pour tenter de lutter une nouvelle fois contre le chômage des moins de 25 ans, le gouvernement veut remettre au goût du jour une vieille recette du PS. Le projet de loi pour créer 150.000 emplois d'avenir est présenté ce mercredi en conseil des ministres. Une mesure qui ressemble beaucoup aux emplois-jeunes instaurés par la gauche en 1997. Il s'agit de postes financés aux trois quarts par l'Etat, dans les associations ou les collectivités locales.


Ce type d’emploi ne concerne pas uniquement le secteur associatif ou la fonction publique. Parfois, les emplois-jeunes ont aussi ouvert des débouchés vers les entreprises privées, beaucoup plus rarement.

Dans l'ensemble, les emplois-jeunes ont permis à leurs bénéficiaires de s'insérer pour une période plus ou moins longue sur le marché du travail. Malgré les critiques de la droite qui a régulièrement parlé d'assistanat ou encore d'emplois sans lendemain, le PS a décidé de remettre le couvert  la sauce 2012.

Maintenant pour qui seront ces emplois, au départ réservé aux sans diplômés, de nombreux emplois jeunes étaient occupés par des Bac + 2 ; voire même plus.

Le gouvernement actuel jure ne pas vouloir commettre les mêmes erreurs. A priori les nouveaux emploi-jeunes, les nouveaux contrats avenir seront avant tout destinés à un public peu qualifié.

On a répété que ces nouveaux contrats d'avenir allaient beaucoup ressembler aux emplois-jeunes de Lionel Jospin. Quelques différences de taille, toutefois : ils seront moins nombreux, 150.000 sous le quinquennat de François Hollande, au lieu de 350.000 sous l'ère Jospin. Et la durée sera moins longue : trois ans maximum, contre cinq ans auparavant. Le gouvernement, qui a annoncé son intention de réduire les déficits publics, ne veut pas trop dépenser d'argent. Le coût des contrats d'avenir pour l'Etat est tout de même évalué à 1,5 milliard d'euros par an.

Pour l’instant, rien de fait pour les chômeurs entre 25 et 65 ans.

Cette tranche d’âge ne serait-elle pas assez intéressante pour le gouvernement ?

1 commentaire:

  1. ancien des emplois jeunes, c'était une bonne trouvaille et cela permettait pour des personnes d'entrer dans le monde du travail. mais il faut dire qu'ensuite, il n'y avait aucuns suivis.

    RépondreSupprimer